Un chapeau de paille d'Italie, de LABICHE


Samedi dernier, je me suis rendue gaiement à la Comédie Française afin d’aller applaudir Le chapeau de paille d’Italie de Labiche (oui il y a ceux qui vont voir C2C et ceux qui vont à la Comédie Française : BATTLE). J’ai donc décidé de faire les trois raisons (oui parce qu’après c’est trop long) pour lesquelles il FAUT aller voir cette pièce à la Comédie Française (je me propose même, en cas de besoin, d’être un accompagnateur et d’y retourner une autre fois) (OUI je suis riche en ce moment: depuis les menaces de mon banquier sur mon découvert, je me sens subversive) :

  • Tout d’abord pour l’intrigue. Elle est courte : un homme doit le jour de son mariage, avec sa noce qui le suit, trouver un chapeau de paille d’Italie. Voilà, tout est dit, rien que l’intrigue est magique, totalement absurde mais assez poétique tout de même.

  • Ensuite pour les acteurs. Voilà, je fais mon coming out : je n’ai jamais été fan de Pierre Niney mais pourtant c’est LA révélation de cette pièce de théâtre, pendant deux heures trente il déroule un jeu d’acteur impressionnant avec l’énergie d’un bébé chat hyper actif sous LSD (je ne sais pas ce que ça fait, mais ça doit être impressionnant) (COUCOU à mon amie Mélissa qui doit avoir un chaton, si toi aussi tu aimes les expériences borderline...), une justesse, une diction parfaite (chose pas évidente dans ce théâtre dit éphémère pour éviter de dire pré-fabriqué). Et puis aussi pour Christian Hecq aka le grand Christan (oui c’est un peu mon pote) avec une gestuelle des plus impressionnantes, une présence scénique dingue et il est encore MEILLEUR que dans Un Fil à la patte (le Feydeau) de la saison dernière (c’est dire). Bref croyez-moi les deux acteurs sont absolument extraordinaires et sont épaulés par tous les autres comédiens de la Comédie Française, qui, bien évidemment, ne sont pas les plus mauvais.

  • Enfin pour les réticents du vaudeville, la pièce de Labiche écrite au XIXème siècle est tout de même extrêmement moderne avec des passages qui pourraient être issus d’une bonne pièce de Ionesco comme « J’ai fait sa connaissance dans l’omnibus…Son premier mot fut un coup de pied. ». Pour les réticents des pièces de théâtre tout court, on se rend compte de rien tellement c’est géniale et on passe son temps à rire grassement en tapant dans les côtes de son voisin (mon papa était content merci).

Bref vous avez jusqu’au 07 janvier, alors à vos marques, prêts, feu PARTEZ !