Le Saint Graal alimentaire,TEST UN : Le Schwartz

Comme vous pouvez vous en douter, on saisit tout de suite le sujet de la photo, elle n'est donc pas de nous, elle vient du site officiel du Schwartz

Alors ça y est, arrêtez tout ce que vous êtes en train de faire, le dt-hz s’occupe de tout.

Oui Mesdames et Messieurs, nous partons vaillamment à la recherche de la perfection gastronomique, du Saint Graal alimentaire, de l’Austerlitz des papilles, nous partons à la recherche DU hamburger.

C’est une véritable quête initiatique que nous empruntons là, une quête semée d’emb(o)ûches, de difficultés diététiques, d’explosion de score du cholestérol, et de boom calorique de l'apport journalier (pour votre santé le blog dt-hz vous conseille fortement de pratiquer une activité sportive régulière) (nan on déconne: on s'en fout) (faites ce que vous voulez, soyez gros: Lady Gaga vous aimera quand même).  Mais nous faisons cela pour toi, toi, cher lecteur, qui tremble devant un tel courage et une telle témérité de notre part.

Nous nous rendîmes le ventre creux mais l’esprit vif dans ce qui allait être le premier concurrent dans notre course folle vers la perfection culinaire : le Schwartz. L'arrivée manqua d'être un désastre grâce à mon sens de l'équilibre vacillant (et allez comprendre pourquoi mon cerveau a été convaincu pendant quelques fatales micro-secondes qu'il y avait une marche à l'entrée) (DONC NON PAS DE MARCHE à l'entrée). Nous fûmes menées par des gentilles serveuses vers la table qui allait nous servir de mangeoire pour les prochaines heures.

Lorsque nous demandâmes respectivement un cheeseburger et un hamburger le serveur eut la confirmation que nous étions pauvres. A la question "Vous voulez boire quelque chose?" et que nous répondîmes d'une même voix " Une carafe d'eau s'il vous plait" cela fut une certitude.

(ATTENTION: la porte des toilettes se coulisse) (je dis cela en toute discrétion pour vous éviter quelques déconvenues)

Alors finalement cela donne quoi? Le pain à hambuger est super bon, le hambuger est garni d'une feuille de salade, d'une tomate, un oignon et une tranche de viande. A coté une montagne de frites et une micro salade de céleris/carottes s'ébattent joyeusement, on est bien. Bon après réflexion  je trouve cela un peu léger : les frites ne sont pas faites maison, pas de salade verte sur le coté pour compenser avec les calories que nous sommes en train d'ingurgiter. Mais bon, le pain de hamburger est vraiment bon, alors je me tais.

La décoration est ici à prendre en compte, un coté faussement vintage (qui plairait aux amoureux du HDinner), nous mangeons sous les yeux de la famille complète des Simpsons, Obama, Elvis et des affiches de cinémas vieillies nous regardant tenter de nous substanter proprement. Ah oui parce que pour un rdv "je mets toutes les chances de mon coté et essaye de l'impressionner" un hambuger cela n'est pas top, il va falloir l'admettre (qu'on ne nous dise pas que nous sommes des briseuses de couple, on ne veut que votre bonheur cher lecteur) (quoique j'envisage sérieusement de faire signer une close de célibat à mes ami(e)s, si certains en ont déjà une de prête, je suis preneuse, envoyez moi des mails). La rédaction entière du Dt-Hz vous conseille d'attendre le moment où vous vous être déjà réciproquement humiliés, avant de tenter cette expérience "Hamburger de l'extrême".

Bref, de façon générale: un décors existant (qui a le mérite d'avoir une certaine cohérence esthétique), des hamburgers qui sont vraiment pas mal (mais attention au prix, si vous voulez quelque chose de pas cher le Macdo semble la solution toute indiquée), et enfin des serveurs sympas qui vous donnent de la mayonnaise avec un sourire.

Je vous mets en lien le site du Schwartz, il y en a trois dans Paris avec, visiblement, trois ambiances différentes, nous sommes allées dans le Marais. Il y a également le menu avec LES PRIX (je vous déconseille fortement de les regarder, attendez la surprise de l'addition, c'est plus convivial).