J.C.Satàn et Die!Die!Die! au Point FMR, 21/11/12 !

Les J.C. Satàn avaient déjà fait sensation aux Mains d'Oeuvres, accompagnés des Black Bug et de Descente d'organes, ils sont revenus le mercredi 21 novembre au Point Ephémère nous donner une raclée en première partie des Die!Die!Die.



C'est avec Olivia, fidèle nouvelle acolyte adepte de ce genre de concerts forts en émotions, que je m'y suis rendue. Ayant quelque peu galèré au début, avec un "t'inquiète je sais exactement où c'est" de ma part qui nous a bien valu 20 minutes d'errance totale, nous nous sommes rendues à destination et avons pris notre petite pinte en attendant.
C'est vers 20h30 que les 4 bordelais, tous aussi particuliers les uns que les autres, inondent la scène du Point Ephémère.


J.C. Satàn, c'est quoi ? En plus d'être un groupe de rock garage trash et punk aux chansons absolument géniales, c'est également une prestation de dingue. La chanteuse aux cheveux roses armée de sa voix charismatique nous ensorcelle complètement et nous fait basculer dans une toute autre dimension. L'énergie déployée est assez folle, et je dois vous avouer que face à une prestation scénique telle qu'elle,  je ne vois vraiment pas comment quelqu'un pourrait ne pas être envouté par ces 4 fous furieux, même sans être très rock garage.



Photos par Janicks

Jouant avec une énergie hors du commun en dépit de l'heure matinale à laquelle ils commencent ("même pas bourré, c'est difficile"), on en reste tous étourdis.

S'amènent alors les Die!Die!Die. De gentils néo-zélandais. Que je ne connaissais pas du tout.


Pas forcément une musique de fou, on comprend néanmoins complètement pourquoi les J.C. Satàn faisaient leur première partie. Même show de malade, la bougeotte en plus.
Le chanteur commence par se mettre dans le public et à gesticuler partout avant de commencer à crier dans le micro d'un air passionné et ahuri. Montant sur les tables, checkant les gens, et criant à la fin "I fall in love with Paris !", je pense que les gens ne pouvaient que se dire "bon endroit, bon moment".

Le truc marrant, c'était quand même le type qui, ultra fan visiblement, se jetait sur le chanteur dés que celui ci revenait chanter parmi nous et nous tendre le micro avec sympathie, et demandait à son pote de le prendre en photo.

Breffons, l'énergie du groupe était surement à son apologie.




Photo par Aleksandar Jason Kostadinoski

En sortant j'avais carrément la pêche (chose que j'ai du perdre le lendemain en TD puisque je n'ai même pas réussie à m'y trainer) (mais je n'avais pas fait ma revue de presse) (oui je sais on s'en fout). Je pense donc que si j'avais un concert de rock garage à recommander, J.C. Satàn arriverait dans mon top 5. Aisément. Quant aux Die!Die!Die, vraiment sympa ces néo-zélandais.