Friday night fight: We are the 90's



Hier soir, je me suis rendue gaiement à la soirée We are the 90's à la Machine du Moulin Rouge. Pour comprendre tous les évènements qui m'ont emmenée à ce point A, arrivée triomphante relevant d'un quasi miracle, il va falloir faire quelques flashback. 

Nous sommes mardi, la playlist confession se fait difficilement, je résiste à l'envie folle d'y ajouter Beyoncé (partenaire de tous les mauvais goûts) lorsqu'une lumière s'allume sur mon portable: j'ai un texto (je ne veux pas vous impressionner mais quelques fois: il m'arrive d'en avoir plusieurs fois par jour). Mon amie Mélissa me propose la soirée We are the 90's, sorte de boum géante de tous les mauvais hits des années 90 qui me rappelle la douce époque où j'étais affublée d'un legging de sport à chien (des yorkshires très précisément sur fond rouge) (et même dans les années 90, cela ne passait pas, on se moquait de moi et on me volait mon goûter) (CIMER Maman). Après une brève vérification, la soirée est payante (bon, quinze euros), commence à 23h30 et est à Blanche. Oui Blanche. C'est loin, c'est relou, on va devoir prendre un taxi et donc payer en plus ou marcher et donc attraper la crève.



 Je ne suis pas chaude. mais toutefois une idée, plus, une révélation, apparaît dans mon esprit embué par les arrêts du Conseil d'Etat, pourquoi ne pas envoyer un message aux bons plans de Brain Magazine? LE magazine web par excellence qui propose chaque semaine des concerts gratuits. C'est donc le pacte je conclue avec moi même, si Brain Magazine répond positivement à mon mail d'amour, c'est un signe du destin: j'y vais. 

Pour être tout à fait honnête, mon amie ne croyait pas une seule seconde à notre succès même si j'ai mis toutes les chances de notre coté: j'ai fait une blague juridique et j'ai dit que je les aimais afin d'essayer de les amadouer (ou de leur faire pitié). Le mercredi est rythmé par mes vérifications compulsives et chaque mail fait l'objet d'un soupire de déception (NB: me désabonner aux 50 newsletters).

Jeudi, toujours rien. Je n'y crois plus et pleurs intérieurement toutes les larmes de mon corps. Toutefois vers treize heure un message, je regarde mon portable et que vois-je?? BRAIN MAGAZINE M'A REPONDU ET ILS ME FONT UNE BLAGUE AUSSI. Ils étaient déjà numéro 1 dans mon coeur (notamment à cause de cela et ça aussi), ils viennent d'effacer TOUS les autres sites et d'être l'unique, le seul, Brain Magazine sera ma religion désormais. Mon jeudi se déroule dans état d'euphorie proche de la débilité profonde et c'est donc d'un bon pas que je me dirige vendredi, vers 00h30 à la Machine du Moulin Rouge.

Donc là, mes péripéties pourraient être terminées mais non. Il n'y a pas beaucoup de monde, je me prépare d'avance à sortir la phrase: "j'ai été invitée par Brain Magazine" (je me suis entraînée devant mon miroir) aux vigiles de l'entrée. Le groupe de meuf d'avant nous passent sans problème, on arrive, je sors ma phrase un sourire avenant, le mec ne me regarde même pas et me dit: "HOP HOP HOP ça va pas être possible, carte d'identité s'il vous plait". OUI. CARTE D’IDENTITÉ  Je vous ai déjà évoqué succinctement (YES) mon physique d'adolescente post-pubaire en pleine explosion d'hormone, mais, pour cela va faire au moins 4 ans que PERSONNE ne m'a demandé ma carte d'identité, et ce, même lorsque je vais acheter de la vodka au monoprix à dix heures du matin. CHOC. Bon, je décide de me secouer et de passer outre l'humiliation du moment ( d'ici 30 ans vous allez moins rigoler). Je montre ma carte d'étudiant, qui depuis trois ans est une carte monéo avec une puce et non plus un vulgaire bout de papier (je vous dis cela parce que c'est important pour la suite). Le vigile ne la regarde même pas, et me dit "NON NON NON NON ça va pas être possible" "pardon?" "Non mais tout le monde peut la truquer cela n'a aucune valeur." On va s'arrêter deux secondes pour maudire tous ensemble ce vigile qui refuse une carte d'étudiant avec une puce, sous prétexte que tout le monde peut la refaire. Soit ce soir là j'ai particulièrement une tête de délinquante, soit il est particulièrement con et regarde un peu trop de séries américaines. 

Ah oui parce que bien évidement, je n'avais QUE ma carte d'étudiant et ma carte imagine R sinon cela ne marche pas et ce n'est pas rigolo. Bref, je suis bloquée, je regarde mon portable essayant de puiser désespérément une inspiration salvatrice, parlementer avec le vigile ne servant à rien et je vois donc s'envoler ma soirée entière dans son refus arbitraire d'accepter ma carte d'étudiant. De dépit je lui dis "Et si j'appelle mon papa ça vous va?" plus pour me foutre de sa gueule qu'autre chose, et vous savez ce qu'il a répondu? "OUI". C'est ainsi que mon papa a été très content d'avoir le privilège de parler au vigile de la Machine du Moulin Rouge et d'avoir de mes nouvelles nocturnes, cela à une heure du matin. Hâte d'entendre ses impressions sur le sujet.

Je suis en toute objectivité l'une des pires photographes au monde mais je l'assume totalement

BREF, donc ça y est nous pouvons enfin rentrer après la bonne blague du vigile qui a bien plombé l'ambiance (je vais être en état de choc durant une bonne heure après cela, répétant "il a appelé mon papa" inlassablement) (l'envie de me rouler en boule en suçotant un lexomil m'a, je l'avoue, traversée l'esprit). Bref, au début pas grand monde, je suis dans un état second, je pleure d'humiliation intérieurement. Après une brève inspection des lieux, le repérage des toilettes, du vestiaires et d'où se passe le concert, nous voilà échouées sur des canapés (je repleurs intérieurement: parce qu'entre temps je me suis cassée la gueule dans les escaliers). 

Vers une heure trente, la piste se remplit brusquement à la suite d'une chanson des Red Hot Chili Peppers et cela ne va faire que s'accentuer. Je vais donc vous demander ici de mettre la chanson ci-dessous à FOND, pour la suite de l'article, d'attacher vos ceintures et de monter à bord de ma Dolorian imaginaire. 


We are the 90's, est une bande de pote qui vont passer toutes les chansons qui vous rappellent les boum du mercredi après midi sous l'oeil attendri de vos parents, les legging à chiens, les goûters écrasés au fond du cartable, les cassettes qu'on passait sur nos vieux Walkman ou encore les choré de sous l'auvent du préau à la récré du midi. 

Mais alors, finalement comment sont les We Are the 90's? Comment se déroulent leurs concerts? Donc déjà n'arrivez pas trop tôt la soirée commençait à 23h30, le show lui à 1h30 du matin. La salle s'est brusquement remplie vers deux heures, nous sommes restées jusqu'à quatre heures du matin et il y avait toujours autant de monde si ce n'est plus. Donc le concept est très simple: c'est comme si vous faisiez une soirée avec une playlist années 90, mais avec plus de monde, et plus de son que dans votre salon. Et c'est cool, nous avons passé deux heures trente à danser (alors que je le rappelle ici j'ai tout de le même le dynamisme d'une loque invertébrée en fin de vie) dans une ambiance détendue, super conviviale (grosse grosse fierté: trois personnes m'ont complimentée sur mon tee shirt Batman) (oui, bon, je comprends le vigile finalement, il devait être team Marvel), et ce qui est impressionnant est sans nul doute que TOUT le monde connaît TOUTES les paroles par coeur (j'étais pour ma part à un âge où mes seules notions d'anglais devaient être "Hello, my name is Eurydice" donc être calée sur les paroles des Spice Girls ce n'est pas encore cela).

J'espère secrètement que mes parents vont tomber par hasard sur ce blog, être fiers de leur grande fille et lui offrir un nouvel appareil à photo. 

Pour vous convaincre d'y aller parce que c'est vraiment cool mais également pour vous permettre de reproduire une mini soirée We are the 90's dans votre salon je vous fais une petite sélection spéciale playlist des artistes qui ont eu le privilège de passer: Blur, Nirvana, Menelik (QUESTION: pourquoi rentrer chez soi prendre une douche PUIS revenir à une soirée?), Spice Girls, Aqua, Jamiroquaile thème de Friends, Whitney Houston (moment de folie, avec des notes voix de tête tenues), Hakuna Matata, C'est l'histoire de la vie (chanson d'ouverture de la soirée avec une peluche de Simba en bonus), Shania Twain, Robbie WilliamsManau, The Cranberries, NTM, The Offspring et enfin, chanson qui nous a permis à tous d'effectuer un coming out musical groupé parce que TOUT LE MONDE connaissait les couplets (oui même moi, COUCOU CHATON) j'ai nommé: Celine Dion avec cette toute aussi magnifique chanson et son clip tout aussi formidable.

Pour conclure, We are the 90's il faut y aller, avec un groupe d'ami afin de vous livrer à une magnifique reproduction de clip, il faut également s'y rendre avec une carte d'identité, une vraie, surtout si comme moi vous avez l’apparence d'un fringuant collégien qui galère avec son brevet, et enfin je vous conseille de ne pas vous charger, les vestiaires étaient payants et coûtaient deux euros par article (donc sac à main plus manteau égale 4 euros) (du moins à la Machine du Moulin Rouge).

Sur ce, je vous laisse, je vais chercher les marabouts d'Afrique et des formules magiques, bisous.